Blog de Philippe Carcone

Fraude sociale: deux parlementaires préconisent d’adopter le système belge

Un rapport, remis ce mardi à Agnès Buzyn, recommande, comme chez nos voisins, un croisement automatisé des fichiers du fisc et de la Sécu pour détecter les bénéficiaires de prestations suspects.
Les rapporteurs préfèrent aujourd’hui se concentrer sur les remèdes. Ce 6 novembre, elles présenteront leur rapport publiquement. En préambule, elles donneront la parole au directeur de la « Banque carrefour de sécurité sociale » belge. Créé en janvier 1990, cet organisme a totalement restructuré le dispositif des aides sociales en le simplifiant et en multipliant les interconnexions, notamment avec le fisc belge. « Ce qu’a fait cette banque est remarquable, souligne Carole Grandjean. Simplification des procédures pour les bénéficiaires, réduction des erreurs et lutte efficace contre la fraude. Là-bas, on ne peut pas déclarer deux adresses ou plusieurs configurations familiales ou de faux employeurs éphémères: le croisement automatisé des fichiers le détecte rapidement. »
Les rapporteurs demandent également un audit complet avec rapport à remettre au Parlement d’ici un an. Il permettra par exemple de savoir si la France compte bien 3,1 millions de centenaires vivants, comme le laisse penser le Répertoire national d’identification des personnes physiques, ou si elles ne sont qu’un peu plus de 250 000 comme l’estime l’Insee.

http://www.leparisien.fr/economie/fraude-sociale-deux-parlementaires-preconisent-d-adopter-le-systeme-belge-05-11-2019-8187150.php

roman-kraft-260082-unsplash

Réseaux sociaux :

           
Informations importantes

Toutes reproductions, même partielles, du contenu de ce site sont soumises à autorisation préalable.

Mentions légales

Newsletter

ORIAS 10 053 711 www.orias.fr
SAS au capital de 40 000€ - Conseiller en investissement financier
Membre de la CNCIF Carte T : CPI 7501 2018 000 024 992
Courtier d’assurance et en opérations de banque

Pour toutes réclamations, l'adresser à destination de Monsieur Philippe CARCONE. Si vous n’êtes pas satisfait de la réponse apportée à votre réclamation, vous pouvez vous adresser gratuitement, au médiateur de l’Autorité des marchés financiers (par courrier postal, à l’adresse 17 place de la Bourse 75082 Paris cedex 2 ou par formulaire électronique accessible sur le site internet de l’AMF : https://www.amf-france.org