Blog de Philippe Carcone

La facture à long terme du Brexit s’annonce plus salée que prévu

Près de deux mois après le Brexit, chacun fait ses comptes. A l’occasion de ses prévision économiques le 11 février, la Commission européenne (CE) a précisé que la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne (UE) devrait finalement générer «une perte de production d’environ 0,5 point de PIB d’ici à la fin 2022 pour l’UE, et d’environ 2,25 points pour le Royaume-Uni».

Une proportion de 1 pour 4 conforme aux études économiques précédemment publiées sur le sujet. L’accord commercial ne porte pas sur les services, et notamment les services financiers qui représentaient 7% du PIB britannique, «et une large part du surplus commercial avec l’UE sur les services – 123,7 milliards de livres sterling d’exportations contre 106,1 milliards d’importations fin 2019», note Aline Goupil-Raguénès.

En sortant de l’UE, les institutions financières britanniques ont perdu le passeport européen, et risquent de n’obtenir que peu d’équivalences (sur la quarantaine possible) si les réglementations sont allégées comme le réclame la City pour justifier le Brexit de son point de vue désormais.

Avec les nouvelles barrières non tarifaires, le Royaume-Uni ne sera plus la porte d’entrée de pays tiers vers l’UE et subira, par cette perte d’influence, une baisse des flux d’investissements directs. Pour les services financiers, mais également pour d’autres productions – les constructeurs automobiles japonais réfléchissent par exemple à relocaliser dans l’UE.

«La croissance potentielle sera plus lente en raison de gains de productivité plus réduits et d’une plus faible croissance de la population active liée aux moindres flux de population en provenance de l’UE», ajoute Stéphane Deo. Et ces pertes n’ont pas vocation à être compensées par les accords commerciaux que le Royaume-Uni a signés ou signera avec des pays tiers, qui reproduiront normalement des conditions proches de leurs accords avec l’UE.

https://www.agefi.fr/asset-management/actualites/quotidien/20210222/facture-a-long-terme-brexit-s-annonce-plus-salee-315998?utm_source=newsletter&utm_medium=quotidienne_11h&utm_campaign=22022021&actId=ebwp0YMB8s02wf6nRchUT9UcvuQDVN7agmFTt2FsrXufGSeQ6j4P2UaJzpCEBODB&actCampaignType=CAMPAIGN_MAIL&actSource=503309

 

Réseaux sociaux :

           
Informations importantes

Toutes reproductions, même partielles, du contenu de ce site sont soumises à autorisation préalable.

Mentions légales

Newsletter (de retour prochainement)

ORIAS 10 053 711 www.orias.fr
SAS au capital de 40 000€ - Conseiller en investissement financier
Membre de la CNCIF Carte T : CPI 7501 2018 000 024 992
Courtier d’assurance et en opérations de banque

Pour toutes réclamations, l'adresser à destination de Monsieur Philippe CARCONE. Si vous n’êtes pas satisfait de la réponse apportée à votre réclamation, vous pouvez vous adresser gratuitement, au médiateur de l’Autorité des marchés financiers (par courrier postal, à l’adresse 17 place de la Bourse 75082 Paris cedex 2 ou par formulaire électronique accessible sur le site internet de l’AMF : https://www.amf-france.org